L’éthique du sapeur pompier

L’éthique du sapeur pompier

L’éthique du sapeur-pompier de Paris. 

« Je ne veux connaître ni ta philosophie,  ni ta religion, ni ta tendance politique,

Peu m’importe que tu sois jeune ou vieux, riche ou pauvre, français ou étranger.

Si je me permets de te demander quelle est ta peine,  ce n’est pas par indiscrétion mais bien pour mieux t’aider.

Quand tu m’appelles, j’accours,  mais assure-toi de m’avoir alerté  par les voies les plus rapides et les plus sûres.

Les minutes d’attente te paraîtront longues,  très longues, dans ta détresse  pardonne mon apparente lenteur[1]. »

Etre pompier ne se résume pas simplement à exercer une profession de l’urgence. En souscrivant un engagement, le candidat accepte, en effet, de porter un certain nombre de valeurs véhiculées par la profession et la zone de secours.

Ces valeurs, héritées de l’histoire et du patrimoine du corps des sapeurs-pompiers, sont, aujourd’hui encore, indissociables des missions inhérentes aux soldats du feu et de la vie. Ainsi, tout sapeur-pompier devrait non seulement les accepter, mais aussi y adhérer pour pouvoir honorer pleinement son engagement. Or, les profils du personnel sont multiples. Il n’est pas rare qu’un candidat choisisse de s’engager par tradition familiale, héritant de la « fibre » transmise par la ou les générations qui l’ont précédé. En règle générale, ceux-ci possèdent déjà un terrain favorable à l’éthique de la profession, et s’y engagent en toute conscience. D’autres n’ont aucune expérience préalable, aucune famille dans le métier, et vont alors découvrir la charte des valeurs dans laquelle ils s’engagent. Cependant, quel que soit le parcours de ceux qui se retrouvent à porter un jour l’uniforme du pompier, tous finiront par partager ces mêmes valeurs : l’altruisme, l’efficience, la discrétion. Ces valeurs rassemblent, outrepassant les origines sociales ou géographiques, les convictions religieuses, les influences culturelles et doivent devenir un art de vivre au quotidien dans une société en pleine crise d’identité.

[1] Le général CASSO (1963-1970) – Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris.