Le frelon asiatique envahit rapidement notre pays

Le frelon asiatique envahit rapidement notre pays

Le frelon asiatique envahit rapidement notre pays

Campagne d’information du SPF Intérieur

Frelon asiatique

Le frelon asiatique Vespa velutina nigrithorax est un nouvel arrivant récent dans notre pays. En 2004, cette espèce a été introduite par accident en France lors de l’importation de poterie. Rapidement, cette espèce exotique invasive s’est implantée presque partout en France ainsi que dans des régions du nord de l’Espagne, du Portugal et d’Italie. En 2011, le premier frelon est aperçu en Belgique et en 2016, le premier nid est découvert. En 2017, 4 nids ont été découverts dans le sud de la Flandre occidentale (à Poperinge, Westouter, Wevelgem et Coxyde) et 1 nid à la frontière française (à Boeschepe). Malheureusement, il était à chaque fois trop tard dans l’année pour intervenir: les nouvelles reines fécondées avaient déjà pris leur envol.

Cette année, l’espèce se propage beaucoup plus rapidement que prévu. Des signalements affluent de toute la Flandre et 13 nids ont déjà été découverts et détruits rien qu’en Flandre occidentale. Et ce n’est peut-être que la partie émergée de l’iceberg.

Un nid est constitué d’une reine qui ne fait que pondre et de quelques centaines d’ouvrières qui effectuent le travail: construire le nid et apporter de la nourriture aux larves. Elles nourrissent principalement les larves de petits insectes, en l’occurrence souvent d’abeilles mellifères. En échange, les ouvrières reçoivent des larves une « sécrétion » riche en sucre, qui leur donne l’énergie nécessaire pour voler.

La phase de reproduction commence à partir de septembre. Pendant cette période, des mâles et de nouvelles reines naissent dans le nid. Le 9 septembre, le premier mâle a été signalé, et les reines leur succéderont deux semaines plus tard. Il est donc grand temps que les nids soient découverts afin freiner la propagation de l’espèce. Chaque colonie produit quelques centaines de reines et 10% d’entre elles fonderont une nouvelle colonie l’année suivante. C’est pour cette raison qu’un nid découvert maintenant doit être détruit le plus rapidement possible. La destruction est effectuée selon une procédure spéciale. Le groupe de travail Frelon asiatique des services d’incendie, en collaboration avec des spécialistes de l’université de Gand, coordonnent la destruction menée par des pompiers du poste d’incendie local. La destruction a lieu de nuit, car, à ce moment, tous les individus sont dans le nid. Dans certains cas, des travaux préparatoires sont nécessaires pour que le processus se passe sans heurt et efficacement. Le nid est ensuite retiré ou, si le retrait est impossible, contrôlé afin de déterminer si des frelons, éclos après la destruction, sont encore actifs.

Partout en Flandre, des signalements de nids et de frelons qui cherchent de la nourriture sont enregistrés. L’aliment préféré des frelons est l’abeille mellifère ! Tel un drone, ils se postent à l’entrée d’une ruche et attaquent les abeilles en plein vol, atterrissent dans un arbre voisin et se débarrassent des parties saillantes, comme la tête, les pattes et les ailes. Ils mastiquent la partie la plus riche en nutriments (l’abdomen et/ou le thorax) jusqu’à former une boulette de viande qu’ils transportent ensuite vers le nid afin de nourrir les larves. Puisque le frelon asiatique représente une grande menace pour l’apiculture et les pollinisateurs, la réglementation européenne oblige les autorités à lutter contre cette espèce.

Après qu’un citoyen a signalé un nid ou un frelon asiatique, une photo est demandée comme élément de preuve. En effet, le groupe de travail ne peut pas se déplacer à chaque signalement pour vérifier qu’il ne s’agit pas de frelons européens, une espèce nécessaire et inoffensive que nous préférons ne pas déranger. Les membres du groupe de travail se rendent chez les apiculteurs en détresse pour analyser les directions de vol dans l’espoir de découvrir le nid. Ils se rendent également dans les zones suspectes avec des caméras thermiques qui permettent de voir très nettement à l’œil nu le nid de frelons qui émet de la chaleur et reste parfois indétectable dans le feuillage. Il est malheureusement impossible d’inspecter toutes les haies et les jardins privés. Par conséquent, nous faisons appel aux citoyens pour qu’ils détectent ces frelons et leur nid.

Identification: le frelon asiatique est majoritairement noir avec l’extrémité des pattes jaune et des lignes jaune-orange juste avant la fin de l’abdomen. Il est souvent confondu avec le frelon européen, qui a les pattes rouge-brun et plus de la moitié de l’abdomen jaune. Le nid est composé de pulpe de bois et a une forme sphérique, de la taille d’un ballon de foot voire plus grand. Dans un grand arbre, ce nid ressemble de loin à du gui.

Où peut-on s’attendre à voir des frelons asiatiques ? Ils viennent avant tout chez les apiculteurs pour piéger les abeilles. En général, un frelon vient toutes les 10 minutes pour capturer une abeille. Cependant, il leur arrive aussi de chasser en groupe et de capturer un très grand nombre d’abeilles en peu de temps. Un deuxième lieu de prédilection est un fruit tombé, tout particulièrement les poires sucrées qui sont un véritable pôle d’attraction pour eux. Troisièmement, ils sont attirés par les fleurs riches en nectar, comme le lierre et une espèce de symphorine blanche sur laquelle, en plus du nectar, nombre d’abeilles et autres insectes leur servent de proie. Les frelons peuvent également être vus, seuls ou en groupe, près des poules, attirés par le fumier ainsi que par les déchets de fruits et légumes. Les personnes sont invitées à déterminer, d’après la direction de vol des frelons, l’emplacement de leur nid et à communiquer leurs observations, de préférence par le biais de photos.

Pour découvrir un nid, il est très intéressant d’inspecter votre propre jardin. Soyez néanmoins prudent : ils ne sont pas agressifs, mais si vous dérangez le nid, ils peuvent vous infliger une piqûre douloureuse ou vous envoyer un jet de venin en plein vol. Les promeneurs peuvent ouvrir l’œil à la recherche d’une grande sphère dans les arbres hauts. Le nid se situe en général dans les hauts arbres, comme les peupliers et les grands chênes, mais également dans de plus petits arbres et des haies.

Où signaler les observations ? Les possibilités sont multiples : le point de contact pour les signalements en Wallonie et à Bruxelles (FR) est le Centre wallon de Recherches agronomiques : m.deproft@craw.wallonie.be (link sends e-mail), en Flandre et à Bruxelles (NL) , à Honeybee Valley en envoyant un e-mail à Dries.Laget@UGent.be (link sends e-mail), ou sur le site internet de Natuurpunt (waarnemingen.be), ou encore aux services d’incendie en tant que demande d’intervention en précisant qu’il s’agit de frelons asiatiques. Dans tous les cas, vous recevrez rapidement une réponse à votre signalement. Veuillez joindre une photo à chaque signalement, comme élément de preuve.

Informations utiles:

Fiche de reconnaissance https://waarnemingen.be/exo/be/nl/8807.pdf (link is external)

https://www.natuurpunt.be/pagina/de-aziatische-hoornaar (link is external)

Actualité du 08/08/2018 : Le felon asiatique: reconnaïtre, signaler et sécuriser

À partir de l’adresse <https://www.civieleveiligheid.be/fr/actualites/le-frelon-asiatique-envahit-rapidement-notre-pays>


Les commentaires sont clos.